Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce blog se veut un lieu de réflexion libertaire autour des concepts de domination et de pouvoir.L'objectif serait de fournir une base référentielle pour faciliter le renouveau de la pensée libertaire. Attention comme tout blog il faut commencer par la fin soit le message le plus ancien. Pour faciliter ,les articles ont été numérotés puisqu'ils font partie d'un ensemble de textes. La forme blog m'est apparue plus intéressante que la brochure en raison de la gratuité et des échanges à venir.Vous pouvez laisser des commentaires en cliquant sur l'icône éclair.Cordialement et bonne lecture !

12 Apr

ANARCHIE ET POUVOIR 15

Publié par sureau  - Catégories :  #anarchie et pouvoir

De la complexité d’une approche anarchiste du sens du pouvoir

John Kenneth Galbraith remarquait que « rares sont les mots d’un usage aussi courant et dont le sens paraisse aussi peu faire problème »[1]

Tomas Ibáñez a identifié la polysémie du terme « pouvoir » et l’étendue de son spectre sémantique comme facilitateur des conditions pour un dialogue de sourd. Pour lui, dans la question du pouvoir, les discours se chevauchent et ne s’articulent pas entre eux. Et cela survient parce qu’« ils traitent d’objets profondément différents, dans la confusion induite par le recours à un autre terme courant : le pouvoir ». [2]

A cela s'ajoute le fait que le langage lui-même par lequel nous pensons pouvoir élaborer une théorie anarchiste du pouvoir est l’expression du pouvoir.

« Les discours du pouvoir, vastes recueils de ses signes, se comprennent mieux que le pouvoir. Ce qui fait illusion. On entend dans les discours du pouvoir la voix du pouvoir : or précisément, le discours du pouvoir diffère du pouvoir effectif. »[3]

« Le discours du pouvoir implique son ordre. »[4] et l’anarchie n’échappe pas à cela. Elle est et sera le désordre pour que le pouvoir incarne l’ordre.

Le pouvoir possède la position idéologique dominante et cette dernière s’exprime « par le langage, parole ou écriture. »[5]

En cela réside toute la méprise anarchiste du politique.

Maudire le pouvoir revient à le réduire à une expression unique, là où il est multiple dans ses manifestations et où son caractère insidieux s'épanouit.

« L'absence de certitudes fondamentales exige une vision universaliste qui ne peut être prêchée sans expliciter les valeurs qui soutiennent cette vision. C'est alors qu'au lieu de croire dans un fondement sacré des valeurs, l'homme doit affronter l'idée qu'il est le créateur de ses valeurs et accepter la tâche inconfortable de maintenir l'esprit critique sur ces valeurs elles-mêmes. »[6]

« Le pouvoir, comme chacun le sait, est une sale bête qui échappe à toute saisie immédiate tendant à le représenter d’une façon univoque.[7]

Par-delà les apparences, « le pouvoir semble échapper à l’emprise d’une définition. »[8] Certes, elles existent mais le plus souvent, elles renvoient à des entrelacs de concepts connexes tout aussi abscons : domination, autorité, violence… « C’est en quelque sorte un concept écran qui permet la communication tout en la masquant. »[9]

« C’est dans l’ambigüité même du concept du pouvoir que réside la raison de son utilisation fréquente…cette notion est une véritable plaque projective qui peut recevoir de ce fait, des significations multiples sinon contradictoires et qui connote des réalités diverses. »[10]

« C’est le discours vrai qui, pour une part au moins décide ; il véhicule, il propulse lui-même des effets de pouvoir. »[11]

Maudire le pouvoir conduit à le considérer comme une totalité et induit l'idée d'une essence du pouvoir et pour asseoir le pouvoir dans la pérennité, voire l'éternité.

Le pouvoir « se trouve assimilé à une sorte d’essence, une substance alors qu’il est essentiellement relations de type asymétriques. »[12] .

Dans le cadre de la culture occidentale, le pouvoir interroge sa forme, en la reliant inéluctablement à son essence.

Ainsi, « les choses, en tant qu’elles sont données, le sont dans leur essence, de sorte qu’elles sont immuables dans le temps et que leur effet de vérité ne peut être nié. Si les choses sont par essence, elles sont vraies ; c’est ainsi et pas autrement… »[13]

Or, il n’est pas d’essence du pouvoir, la chercher et espérer la trouver dans les temps originels ou immémoriaux, escompter découvrir les arcanes du pouvoir dans la césure entre Nature et Culture constitue une démarche erronée.

« L’origine des sociétés politiques, c'est-à-dire des sociétés qui ont organisé en leur centre un pouvoir est obscure. Cette obscurité n’a cessé d’accompagner à travers ses variations, le phénomène du pouvoir de l’homme sur l’homme.[14]

[1] John Kenneth Galbraith, anatomie du pouvoir, seuil,1983, p 11

[2] Pour un Pouvoir Politique Libertaire » (“Por um Poder Político Libertário”) de Tomás Ibáñez

[3] Henri Lefebvre, de l’état, tome 1,UGE, 1976, p 31

[4] Henri Lefebvre, de l’état, tome 1,UGE, 1976, p 32

[5] François Chatelet, les idéologies, tome1, marabout, Hachette

[6] Eduardo Colombo, « Valeurs universelles et/ou relativisme culturel », Mutations et alternatives radicales, Saint-Herblain, Scalp de Nantes [1996], p. 20.

[7] Salvo Vaccaro, Le double paradigme du pouvoir, réfraction n°17- 2006

[8] Henri Lefebvre, de l’état, tome 1,UGE, 1976, p 31

[9] Eugène Enriquez, les figures du maître, Arcantères, 1997, p 7

[10] Eugène Enriquez, les figures du maître, Arcantères, 1997, p 7

[11] Michel Foucault, il faut défendre la société, Gallimard, hautes études, 1997, p 22

[12] Philippe Braud, du pouvoir en général au pouvoir politique, traité de science politique, tome 1,

PUF, 1985, p335

[13] Salvo Vaccaro, Le double paradigme du pouvoir, réfraction n°17- 2006

[14] Philibert Secretan, le contestable et l’incontestable,l’âge d’homme, 1974, p 109

ANARCHIE ET POUVOIR 15
Commenter cet article

À propos

Ce blog se veut un lieu de réflexion libertaire autour des concepts de domination et de pouvoir.L'objectif serait de fournir une base référentielle pour faciliter le renouveau de la pensée libertaire. Attention comme tout blog il faut commencer par la fin soit le message le plus ancien. Pour faciliter ,les articles ont été numérotés puisqu'ils font partie d'un ensemble de textes. La forme blog m'est apparue plus intéressante que la brochure en raison de la gratuité et des échanges à venir.Vous pouvez laisser des commentaires en cliquant sur l'icône éclair.Cordialement et bonne lecture !