Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce blog se veut un lieu de réflexion libertaire autour des concepts de domination et de pouvoir.L'objectif serait de fournir une base référentielle pour faciliter le renouveau de la pensée libertaire. Attention comme tout blog il faut commencer par la fin soit le message le plus ancien. Pour faciliter ,les articles ont été numérotés puisqu'ils font partie d'un ensemble de textes. La forme blog m'est apparue plus intéressante que la brochure en raison de la gratuité et des échanges à venir.Vous pouvez laisser des commentaires en cliquant sur l'icône éclair.Cordialement et bonne lecture !

12 Apr

ANARCHIE ET POUVOIR 17

Publié par sureau  - Catégories :  #anarchie et pouvoir

Anarchie et hiérarchie - Les principes antithétiques

Les réflexions qui suivent ont été largement empruntées à un article précité de Christophe Mileschi.[1]

"Il est maintenant raisonnable de se demander quel est cet « ordre en soi » dont l’anarchie est définie comme l’antagoniste.

Comment appeler la normalité qui sous-tend les définitions négatives du mot anarchie ? En restant dans la logique de l’étymologie, on pourrait par exemple penser à monarchie (pouvoir d’un seul sur tous les autres) ou à oligarchie (pouvoir de quelques-uns), formes d’organisation sociale qui sont, en effet, parfaitement contradictoires avec l’idéal anarchiste. Mais ce ne sont encore que des formes accidentelles, contingentes, d’un phénomène plus ample qui confère aux uns du pouvoir politique sur les autres. Le terme qui, englobant les précédents, désigne certainement le mieux cet « ordre en soi » que justifie la fustigation de l’anarchie, c’est « hiérarchie ».

"La hiérarchie, c’est un mode d’organisation des rapports entre les éléments d’un ensemble (dans le cas qui nous intéresse, d’un ensemble d’êtres humains)…qui les subordonne les uns aux autres. Et qui, quant au champ politique, place les uns dans un rapport d’obéissance (et ses variantes : soumission, discipline, servilité, docilité...) envers les autres. Qui donne à ces derniers un pouvoir de commandement, d’autorité, de gouvernement sur les premiers.

Implicitement ou inconsciemment, l’idée de hiérarchie s’associe à la forme pyramidale : plus on monte dans les degrés de la hiérarchie, moins il y a d’éléments (une hiérarchie où il y aurait trop d’éléments « en haut » et trop peu « en bas » n’a plus beaucoup de sens et risquerait de ne pas tenir en équilibre).

Chaque degré de la hiérarchie est subordonné aux degrés supérieurs et a rang sur les degrés inférieurs. Cette convention, sauf par exception (trahison du supérieur, perte de ses facultés d’entendement...), n’est susceptible d’aucune remise en cause.

Comme pour le terme anarchie, il vaut la peine d’envisager le mot hiérarchie dans sa dimension étymologique. Inutile de revenir sur le second segment, arkhê (commandement, pouvoir), considérons le premier. Il vient de hieros, sacré (comme dans hiérogamie ou hiérophante). Du reste, il semble que le mot hiérarchie (gerarchie dans sa forme ancienne) soit d’abord apparu en français dans le langage religieux, pour désigner l’ordre et la subordination des chœurs des anges ou des divers degrés de l’état ecclésiastique.

On peut dire que la hiérarchie, c’est le commandement et l’autorité (et l’organisation sociale qui en découle) conçus comme sacrés.

La hiérarchie, c'est " l'incorporation de l'altérité du fondement dans la substance même du lien social et sa diffusion ou sa réfraction tangible à tous les niveaux… elle relève de la refonte et de la redistribution de la dimension religieuse par excellence, à savoir l'autorité et la supériorité absolues de l'ordre collectif établi sur la volonté des individus particuliers."[2]

"Par la médiation de l'autre sacré ainsi incarné ou présentifié dans l'autre du pouvoir, au sommet de la pyramide des vivants-visibles, la puissance instauratrice perfuse pour ainsi dire matériellement dans sa sphère d'application, et de là, d'étage en étage, la pénètre et l'irrigue jusqu'au dernier rang des êtres."[3]

Sacrés sont aussi, par conséquent, ceux qui recouvrent la fonction d’exercer le commandement. De fait, le mot hiérarchie désigne non seulement une certaine organisation des rapports entre les individus (des rapports sociaux) mais aussi les personnes qui dirigent cette organisation."

Dès lors, la définition suivante de l'anarchie: (du grec αναρχία / anarkhia, composé de an, préfixe privatif : absence de, et arkhê, hiérarchie, commandement ou « primauté ») ouvre des possibles en glissant conceptuellement d'absence de pouvoir à absence de hiérarchie.

[1] Christophe Mileschi, qu'est-ce que l'anarchisme? Quelques considérations préliminaires à la lecture de Dario Fo

[2] Marcel Gauchet, le désenchantement du monde, Gallimard, bibliothèque des sciences humaines, 1985, p 33

[3] Marcel Gauchet, le désenchantement du monde, Gallimard, bibliothèque des sciences humaines, 1985, p 33

ANARCHIE ET POUVOIR 17
Commenter cet article

À propos

Ce blog se veut un lieu de réflexion libertaire autour des concepts de domination et de pouvoir.L'objectif serait de fournir une base référentielle pour faciliter le renouveau de la pensée libertaire. Attention comme tout blog il faut commencer par la fin soit le message le plus ancien. Pour faciliter ,les articles ont été numérotés puisqu'ils font partie d'un ensemble de textes. La forme blog m'est apparue plus intéressante que la brochure en raison de la gratuité et des échanges à venir.Vous pouvez laisser des commentaires en cliquant sur l'icône éclair.Cordialement et bonne lecture !