Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce blog se veut un lieu de réflexion libertaire autour des concepts de domination et de pouvoir.L'objectif serait de fournir une base référentielle pour faciliter le renouveau de la pensée libertaire. Attention comme tout blog il faut commencer par la fin soit le message le plus ancien. Pour faciliter ,les articles ont été numérotés puisqu'ils font partie d'un ensemble de textes. La forme blog m'est apparue plus intéressante que la brochure en raison de la gratuité et des échanges à venir.Vous pouvez laisser des commentaires en cliquant sur l'icône éclair.Cordialement et bonne lecture !

12 Apr

Anarchie et pouvoir 2

Publié par sureau  - Catégories :  #anarchie et pouvoir

Anarchie et pouvoir 2

ANARCHIE, GENESE DU CONCEPT

"Le mot anarchie apparaît en français au XIVe siècle, mais dans une occurrence isolée. C’est au début du XVIIe siècle qu’il entre dans la langue française. Et, à la même époque, dans la langue italienne. Étymologiquement, le mot anarchie dérive du grec anarkhia, terme lui-même composé du privatif an- …et du substantif arkhê, qui signifie commandement, pouvoir. L’anarchie serait donc absence de commandement, absence de pouvoir, absence de chef, absence d’autorité. D’où l’idée – sur laquelle on reviendra – d’absence d’ordre." [1].

Voici quelques extraits de dictionnaires du XVII siècle qui illustrent cela :

1694 Anarchie: « Estat dereglé, sans chef et sans aucune sorte de gouvernement. La democratie pure degenere facilement en anarchie. »[2]

Peu avant la Révolution française, en 1751,Denis Diderot, dans l’encyclopédie reprendra cette idée : « C’est un désordre dans un Etat, qui consiste en ce que personne n’y a assez d’autorité pour commander et faire respecter les lois, et que par conséquent le peuple se conduit comme il veut, sans subordination et sans police. »[3]

L'anarchie apparait bien alors comme une décrépitude de l'Etat, pire une régression du phénomène étatique.

" On peut assurer que tout gouvernement tend au despotisme ou à l'anarchie."[4]

En 1762, Jean Jacques Rousseau abondera dans le même sens : « Quand l’Etat se dissout, l’abus du gouvernement quel qu’il soit prend le nom commun d’anarchie. »[5]

L’anarchie est bien conceptualisée comme un phénomène négatif de dégénérescence de l’Etat et non comme l’affirmation d’un autre ordre social possible.

"Pour les tenants du droit naturel, l'anarchie intervient …comme perturbation de l'harmonie primitive de l'univers. Elle occupe la position médiane d'un schéma linéaire, dont elle symbolise le moment de décadence sociale."[6]

L'abbé de Mably apportera une touche singulière au phénomène de dégénérescence des formes de gouvernement en anarchie ; "la démocratie aurait pour elle la spécificité que l’anarchie est en germe en son état naturel et qu’en tant que telle, la démocratie n’est qu’une forme modifiée de l’anarchie."[7]

L'anarchie serait donc antérieure et interne à la démocratie. Elle réapparaitrait en état de déliquescence de cette dernière et porterait en son sein, l'ordre en devenir.

Pour discréditer la démocratie, l'abbé Mably la relie essentiellement à l'anarchie et par là même au désordre.

En regard du despotisme, l'anarchie s'en trouve singulièrement valorisée mais cela n'est qu'un moyen pour dévaloriser l'ordre en place et valoriser celui en devenir: « L’anarchie, qui est la corruption de la démocratie, est un mal infiniment moindre que le despotisme. C'est de l’anarchie, c’est du sein de la plus horrible confusion qu’on voit sortir l’ordre le plus admirable et la législation la plus sublime. »[8]

L'anarchie devient un faire-valoir dans la lutte pour le pouvoir que se livrent divers protagonistes et prétendants. Sa définition est souvent attribuée à l’autre, cet ennemi politique dans la lutte pour la maîtrise du pouvoir.

Dans sa soutenance de thèse Marc Deleplace évoque cette orientation, en ces termes : "dans un schéma cyclique ou linéaire, le chaos anarchique représente le premier pas et le devenir de toute société…"

La négativité a pour fonction de magnifier l'ordre en devenir ou l'ordre passé. Comme telle, l’anarchie justifie et appelle le pouvoir en devenir.

L'abbé Barruel adoptera, pour sa part, une position totalement négative de l'anarchie et fera de cet état antérieur à tout pacte social, une période de désordre et de crimes: « Savez- vous encore ce qui existe dans vos millions d’hommes avant le pacte social ? …C’est une anarchie complète qui va être suivie des plus horribles désordres… »[9]

Concevoir "dans la démocratie dans son état naturel,… l'image de l'anarchie." peut illusionner mais le fond idéologique demeure "dans ce pacte interrompu ou dissout, des millions d'hommes retombant dans l'état premier où l'indépendance et l'anarchie annoncent…le besoin de voir l'autorité et la souveraineté renaître."[10]

Conception funeste qui n'a d'autre finalité, là encore, que d'exalter l'ordre et l'autorité en devenir. La valorisation naît de la dévalorisation. Là où règne le désordre, il ne peut qu'être salutaire d'édifier l'ordre.

La révolution française apportera à son tour son lot de confusion dans le concept et le plus souvent le vocable anarchie servira d'invective entre les différents protagonistes de la révolution. "En réalité, dans cette sorte d'inflation verbale qui caractérise l'époque, anarchiste n'est qu'une insulte entre dix autre."[11]

Suivant les périodes révolutionnaires, l'anarchie désignera les opposants à tel ou tel groupe dominant.

Au début de la Révolution, sous la constituante, elle est usitée par les partisans de la Monarchie, pour désigner les partisans de la nation souveraine.

Vers 1791, elle sert à dénoncer les partisans de la Monarchie.

Avec l'affirmation de la République, le terme d'anarchie désignera les tenants de la Monarchie mais également ceux de la démocratie directe.

Au printemps 1795, le terme d'anarchie réapparaît dans un contexte de réduction des Jacobins et des sans culotte, avec la nécessité de lutter contre un royalisme renaissant et de fondation d'une organisation pérenne à la république. Ce terme sert à désigner les adversaires de la politique suivie par la Convention nationale issue du 9 thermidor de l'an II, peu importe de quelques horizons fussent-ils.

Le concept d'anarchie apparaît comme une injure, toujours en opposé aux tenants du pouvoir et de l'ordre en place ou en devenir, et comme telle, elle signifie le désordre.

[1] Christophe Mileschi, qu'est ce que l'anarchisme? Quelques considérations préliminaires à la lecture de Dario Fo

[2] Dictionnaire de l'Académie française, 1st Edition (1694) cité dans l’ouvrage de Marc Deleplace, l’anarchie de Mably à Proudhon 1750 1850

[3] Diderot, l'encyclopédie, volume 1, p 407, gallica, 1751

[4] Diderot, l'encyclopédie, volume 1, p 407, gallica, 1751

[5].Rousseau, du contrat social, (livre III, chapitre 10, p. 115 du tome III dans l'édition de Garnier Flammarion)

[6] Marc Deleplace, la notion d'anarchie pendant la révolution française, annales historiques de la révolution française, n°299, 1995, p 86-89

[7] Gabriel de Mably parallèle des Romains et des Français par rapport au gouvernement

[8] Mercier, Louis-Sébastien (1740-1814), De J.-J. Rousseau considéré comme l'un des premiers auteurs de la Révolution, Buisson (Paris)1791

[9] Question nationale sur l'autorité et sur les droits du peuple dans le gouvernement, par M. l'abbé Barruel

(1741-1820), Crapart (Paris) 1791-1792 p 60

[10] Question nationale sur l'autorité et sur les droits du peuple dans le gouvernement, par M. l'abbé Barruel

(1741-1820), Crapart (Paris) 1791-1792 p 60

[11] Marc Deleplace, l’anarchie de Mably à Proudhon 1750 1850

Anarchie et pouvoir 2
Commenter cet article

À propos

Ce blog se veut un lieu de réflexion libertaire autour des concepts de domination et de pouvoir.L'objectif serait de fournir une base référentielle pour faciliter le renouveau de la pensée libertaire. Attention comme tout blog il faut commencer par la fin soit le message le plus ancien. Pour faciliter ,les articles ont été numérotés puisqu'ils font partie d'un ensemble de textes. La forme blog m'est apparue plus intéressante que la brochure en raison de la gratuité et des échanges à venir.Vous pouvez laisser des commentaires en cliquant sur l'icône éclair.Cordialement et bonne lecture !