Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce blog se veut un lieu de réflexion libertaire autour des concepts de domination et de pouvoir.L'objectif serait de fournir une base référentielle pour faciliter le renouveau de la pensée libertaire. Attention comme tout blog il faut commencer par la fin soit le message le plus ancien. Pour faciliter ,les articles ont été numérotés puisqu'ils font partie d'un ensemble de textes. La forme blog m'est apparue plus intéressante que la brochure en raison de la gratuité et des échanges à venir.Vous pouvez laisser des commentaires en cliquant sur l'icône éclair.Cordialement et bonne lecture !

15 Apr

ANARCHIE ET POUVOIR 19

Publié par sureau  - Catégories :  #anarchie et pouvoir

ANARCHIE ET POUVOIR 19

Hanna Arendt, Apport possible à une théorie anarchiste du pouvoir:

La conception du pouvoir par Hanna Arendt se démarque des conceptions classiques du pouvoir qui ne renvoient qu'à une expression univoque de la domination et c'est en cela qu'elle peut signifier un apport pour les anarchistes.

« Il me parait assez triste de constater qu’à son stade actuel, la terminologie de notre science politique est incapable de faire nettement la distinction entre divers mots clefs tels que « pouvoir »,« puissance », « force », « autorité » et finalement "violence ", dont chacun se réfère à des phénomènes distincts et différents. »[1]

Hannah Arendt a essayé de clarifier la terminologie.

Hannah Arendt voyait dans la domination une éclaircissement falsifiée et falsifiante du pouvoir, entendu comme pouvoir de contraindre, comme pouvoir de l'homme sur l'homme.[2]

En cela, elle s'opposait totalement à Max Weber qui ne concevait le pouvoir qu'en termes de domination. Cela constitue une premier lien possible avec la philosophie anarchiste.

Les concepts de puissance (Macht), de domination (Herrschaft) sont ainsi définis chez Max Weber : « "Puissance" (Macht) signifie toute chance de faire triompher au sein d'une relation sociale sa propre volonté, même contre des résistances, peu importe ce sur quoi repose cette chance. "Domination" (Herrschaft) signifie la chance de trouver des personnes déterminables prêtes à obéir à un "ordre" (Befehl) de contenu déterminé. »[3]

Pour Max Weber, le pouvoir renvoie au rapport de domination entre ceux qui gouvernent et ceux qui sont gouvernés: les premiers commandent et les autres obéissent.

Pour Hannah Arendt, au contraire, le pouvoir : « correspond à l'aptitude de l'homme à agir, et à agir de façon concertée. Comme tel, le pouvoir n'est jamais une propriété individuelle; il appartient à un groupe et continue à lui appartenir aussi longtemps que ce groupe n'est pas divisé. »[4]

Le pouvoir, qualifie donc une communauté, jamais un individu. La personne qui possède le pouvoir, est investie dans la mesure où elle agit au nom de cette communauté, parce qu'elle a reçu le pouvoir de la dite communauté. « Le pouvoir «power » jaillit parmi les hommes lorsqu'ils agissent ensemble et retombe dès qu'il se dispersent »[5]

Cette conception du pouvoir peut recouper la position anarchiste du pouvoir par la démocratie directe.

Pour Hannah Arendt, pouvoir et communauté vont donc de pair. Car le pouvoir, loin d'être individuel, personnel, est plutôt un « phénomène collectif qui surgit, non de la rivalité, mais de la communication où les opinions s'échangent sans qu'un individu ou un groupe possède jamais la capacité de déterminer les décisions des autres. »

D'où, toute tentative de vouloir monopoliser le pouvoir est reléguée, car, le pouvoir appartient essentiellement au groupe, à la communauté.

« Aussi, le pouvoir est-il toujours un potentiel. Il dépend « de l'accord incertain et seulement temporaire d'un grand nombre de volontés et d'intentions », et d'une union qui se réalise grâce à la parole dans un espace public. »[6]

De par définition, le pouvoir est donc instable et fragile. « Le problème du pouvoir est donc pour Arendt son inscription dans la durée. »

Nous retrouvons cela dans le fil historique du pouvoir des Conseils, de la Commune. Ceci est un problème crucial pour l’anarchisme et plus globalement pour le mouvement social dont l’anarchisme est une expression.

« Si le pouvoir (power), enraciné dans un peuple qui s'était lié par des promesses mutuelles et vivait en corps constitués par un pacte (compact), suffisait à « mener à bien une révolution » (sans que la violence sans borne des foules - multitudes - se donnât libre cours), il ne suffisait nullement à établir une « union perpétuelle », c'est -à- dire à fonder une autorité (authority) nouvelle. Ni les pactes ni les promesses sur lesquelles les pactes reposent ne sont suffisants pour assurer la perpétuité, c'est-à-dire pour donner aux affaires humaines ce degré de stabilité sans lequel les hommes seraient incapables de bâtir un monde pour leur postérité, un monde qu'ils veulent faire durer plus longtemps que leur propre vie d'hommes mortels »[7]

La fugacité du pouvoir social doit être apposée et opposée à la prétention à l’éternité de tout Pouvoir séparé. Le déséquilibre est patent. L’Un prétend à l’Unicité et l’Eternité, même lorsqu’il est apparemment pluriel, l’Un tend irrémédiablement vers l’Un. Tout le reste n’est qu’habillage de la pluralité, organisation spectaculaire de la Multiplicité.

[1] Hannah Arendt, Du mensonge à la violence, Calmann-Lévy, 1972

[2] Paul Ricoeur, « Pouvoir et violence » in Ontologie et politique. Actes du Colloque sur Hannah Arendt, éditions Tierce, 1989, p. 143.

[3] Jean-Paul Paccioni, « Pouvoir » in Dictionnaire de la philosophie, CNRS Editions, 2003, p. 840.

[4]

[5] Hannah Arendt, Condition de l'homme moderne, Paris, Calman-Lévy, coll. « Agora-Presses Pocket », 1983,

p. 260

[6] L'Homme et la Société, n° 113, juillet-septembre 1994

[7] Essai sur la révolution, op. cit. p. 268-269.

ANARCHIE ET POUVOIR 19
Commenter cet article

À propos

Ce blog se veut un lieu de réflexion libertaire autour des concepts de domination et de pouvoir.L'objectif serait de fournir une base référentielle pour faciliter le renouveau de la pensée libertaire. Attention comme tout blog il faut commencer par la fin soit le message le plus ancien. Pour faciliter ,les articles ont été numérotés puisqu'ils font partie d'un ensemble de textes. La forme blog m'est apparue plus intéressante que la brochure en raison de la gratuité et des échanges à venir.Vous pouvez laisser des commentaires en cliquant sur l'icône éclair.Cordialement et bonne lecture !