Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce blog se veut un lieu de réflexion libertaire autour des concepts de domination et de pouvoir.L'objectif serait de fournir une base référentielle pour faciliter le renouveau de la pensée libertaire. Attention comme tout blog il faut commencer par la fin soit le message le plus ancien. Pour faciliter ,les articles ont été numérotés puisqu'ils font partie d'un ensemble de textes. La forme blog m'est apparue plus intéressante que la brochure en raison de la gratuité et des échanges à venir.Vous pouvez laisser des commentaires en cliquant sur l'icône éclair.Cordialement et bonne lecture !

02 Jan

Humeurs

Publié par sureau  - Catégories :  #actualités

Humeurs

Renforçons les fronts anticapitalistes

A l’ère de la mondialisation, les fondamentaux idéologiques étatistes qui sont sensés orienter et cimenter les sociétés civiles de type capitaliste sont mis à mal et peinent à trouver une adéquation entre les exigences mondiales du marché capitaliste et les structures nationales.

A chaque instant, les contradictions et les limites du système capitaliste s’étalent au grand jour et deviennent de plus en plus insupportables pour les populations et l’inefficacité des solutions proposées devient évidente.

Les écarts dans la répartition des richesses s’accroissent et le développement du capitalisme engendre un pillage jamais encore atteint et une pauvreté grandissante jette sur les routes des populations désespérées et errantes.

Les limites écologiques sont également atteintes et pour autant le modèle capitaliste perdure.

Comme tout système, le capitalisme requiert une légitimité politique et sociale or celle-ci se lézarde de plus en plus et se vide de son sens par l’intérieur. Des lignes de failles et de tensions apparaissent çà et là.

Le capitalisme, se présentant comme créateur indéfini de richesses, image laïque du dieu dispensateur de bien-être, doit intégrer de nouvelles données comme : la paupérisation massive et visible jusqu’au cœur du noyau idéologique historique de l’Europe ou des Etats-Unis, et son parallèle, l’accumulation massive de richesses par une minorité. Cela vient se surajouter à la pauvreté et à l’exploitation sans vergogne des pays émergents et en voie de développement.

Face à cet état de faits, il faut éviter de laisser apparaître d’un côté le non-contrôle des problèmes, assurer et rassurer les populations par un discours de maîtrise des difficultés, tout en accélérant les mutations nécessaires au grand marché et fonder une nouvelle citoyenneté, supranationale et mondiale.

Pour ce faire, le capitalisme doit, pour les populations, s’aménager une période transitoire tout en poursuivant et accélérant son amplification. Nous avons subi récemment les assauts des agences de notation qui ont disparu d’un coup, une fois leur funeste ouvrage accompli. Maintenant, les peuples doivent être présurés au nom de la rigueur et de l’austérité salutaire. Les plans se suivent et malheureusement se ressemblent. Les risques que la situation n’échappe aux « décideurs » auto patentés devient une probabilité du système.

Il doit donc développer un renforcement étatique national dans le domaine sécuritaire ce qui se traduit par des politiques d’enfermement des populations en des espaces désignés par l’édification de murs d’enceintes qui servent soi-disant à juguler les flux migratoires mais qui, dans les faits, rappellent aux populations cernées qu’elles sont en état de sécurité et donc de surveillance.

A cela s’adjoint une montée des identifications nationales et régionales dont la finalité n’est autre que de cimenter un corps social lézardé et éviter le rejet total du capitalisme.

Un arsenal de lois sécuritaires est promulgué à travers tous les pays et la vidéo surveillance s’étend, de même qu’un climat idéologique délétère fait de suspicions et de craintes.

Des marches protestataires racistes apparaissent avec leurs cortèges musclés suivis de saccages et d’autodafés… manipulations des individus et des foules, récupération du mécontentement latent à des fins liberticides.

Les ingrédients ressemblent fort à ceux usités dans les années de montée du fascisme ou du national socialisme.

Théoriquement, la pollution des esprits passe par un mélange idéologique sans grande cohérence, un pillage d’idéaux de gauche qui n’a d’autres buts que d’entretenir le flou idéologique et de faire monter les griefs pour mieux les récupérer et les réorienter dans un fond idéologique nauséabond.

Aujourd’hui, nous avons franchi une étape supplémentaire dans l’enrégimentement national que ce soit par l’état d’urgence décrété, par les propositions de centre d’internements, des révisions constitutionnelles, des lois scélérates…

Le fascisme occupe dans le dispositif une double position idéologique. D’un côté, il sert de repoussoir : le pire mal qui puisse arriver et permet l’acceptation des sacrifices exigés par le capitalisme pour éviter cette présence.

Cela peut s’apparenter au purgatoire ici-bas pour échapper à l’enfer du fascisme. Pour ne pas sombrer dans le fascisme, si des sacrifices doivent être envisagés alors…cela fonctionnera le temps que cela fonctionnera. Optons pour la peste économique pour éviter la peste brune !

D’un autre côté, le fascisme se présente comme garant, par l’ordre intimé, d’une certaine cohésion civile que, seul un pouvoir fort, serait sensé octroyer.

A travers les concepts idéologiques d’abnégation nationale, de grandeur et de gloire, il peut aider, le moment venu, si le besoin s’en faisait sentir, à encadrer les populations et à les envoyer à l’abattoir social et plus .

Le fascisme (ou d’autres déclinaisons de pouvoir fort) comme allié idéologique du système capitaliste, veille au grain et si, ces arguties nationalistes peuvent paraître caduques, voire contradictoires, avec un système mondialisé, elles ne le sont qu’en apparence.

La cohésion nationale renforcée que ce soit par un pouvoir fort ou par des lois d’exceptions doit éviter l’explosion sociale des populations.

Refuser d’adhérer à cette union sacrée est de la plus grande importance. Ne nous y trompons pas, il s’agit d’alimenter un mouvement de lois liberticides.

Il y a eu plus de gardes à vues d’opposants aux politiques économiques et sociales que de djihadistes ou sympatisants.

Le fascisme sert de dérivatif à la misère sociale montante et fournit le bouc-émissaire, l’exutoire pour les haines et les rancœurs. Le fascisme sert à encadrer les populations de l’intérieur, en s’inventant ou alimentant des ennemis extérieurs. Il recycle et réoriente la grogne latente.

En aucun cas, la remise en cause par les populations ne doit s’attaquer aux fondamentaux capitalistes.

Populations ne vous y trompez pas vous armez vos gardiens.

De vos peurs et vos craintes, il se joue.

Il joue sur l’affectif, sur l’émotionnel et l’immédiateté mais prenez garde de ne point vous attaquer aux intérêts capitalistes ou vous verrez la bête immonde sous se vrais habits.

L’ennemi n’est pas votre frère de misères qu’il fut d’un autre pays ou du vôtre.

Pour les intérêts du capitalisme, en aucun cas, la revendication internationaliste doit pouvoir être opposable au capitalisme.

Réaffirmons notre internationalisme et notre anticapitalisme.

Fabriquons nos vies au lieu de poursuivre ces oiseux argumentaires sur la production nationale…

Le premier enfermement liberticide a été celui de quitter l’internationalisme pour un repli économique hexagonal d’une partie de la gauche.

Renforçons les fronts anticapitalistes autour d’une réelle critique anticapitaliste et de l’internationalisme.

Dominique Sureau

Commenter cet article

À propos

Ce blog se veut un lieu de réflexion libertaire autour des concepts de domination et de pouvoir.L'objectif serait de fournir une base référentielle pour faciliter le renouveau de la pensée libertaire. Attention comme tout blog il faut commencer par la fin soit le message le plus ancien. Pour faciliter ,les articles ont été numérotés puisqu'ils font partie d'un ensemble de textes. La forme blog m'est apparue plus intéressante que la brochure en raison de la gratuité et des échanges à venir.Vous pouvez laisser des commentaires en cliquant sur l'icône éclair.Cordialement et bonne lecture !